samedi 29 septembre 2012

Harmonie et prospérité: mode d'emploi pour une société où la croissance économique n'est plus possible

Des couleurs et des toits
Chateau de La Rochepot en Bourgogne 
Au hasard des mes promenades sur Internet, j'avais mis de coté il y a un ou deux ans un livre dont j'avais trouvé le titre prometteur: "Prosperity without growth" par le professeur Tim Jackson (La prospérité sans croissance, sous titre "La transition vers une économie durable").

Ce matin j'ai commencé à le parcourir. 
Et j'ai découvert, un livre dont le sujet et le contenu m'ont enthousiasmé.
Comme cela a déjà été fait maintes fois avant, on y trouve, bien sûr, une analyse ce qui ne va pas dans notre monde orienté vers la croissance économique 
Mais on y trouve aussi une description des changements requis dans nos économies et une description d'un modèle macro-économique cohérent et stable pour un monde sans croissance économique.
Et - plus original encore - un inventaire des changements sociaux nécessaires pour ce monde sans croissance.
Donc en quelque sorte, une feuille de route pour évoluer de notre société "insoutenable" vers une société durable. Non seulement ce changement de société apparait nécessaire et inévitable mais il semble aussi être réalisable et possible.  

Faisant une recherche sur Internet, je m'aperçois que jugement sur l'intérêt de ce livre est amplement partagé. Il y a des centaines d'articles élogieux sur ce livre et souvent il n'est pas cité comme un livre à lire mais Le livre à lire. Ce qui renforce la crédibilité de ce qui est décrit c'est que l'auteur n'est pas un "doux rêveur". Le livre, publié en 2009, est issu des travaux d'une commission sur le gouvernement durable créee par le gouvernement britannique et Tim Jackson y était le commissaire en charge des questions économiques. 

Je vous en parlerai plus quand j'aurai fini de le lire (encore 100 pages en anglais à lire!). Mais à la lecture de l'introduction et du résumé j'ai déjà retrouvé deux des notions qui me sont chères et que j'avais eu l'occasion d'aborder dans deux billets précédents : 
Et ce que le professeur Tim Jackson appelle "Prospérité" ressemble étrangement, si je ne me trompe, à ce que j'ai de la peine à exprimer en concepts mais que j'ai désigné par le mot "Harmonie" dans ce blog.

Pour vous faire patienter, je vous propose une présentation que j'ai trouvé sur Internet et qui présente quelques idées force de ce livre
présentation prospérité sans croissance le livre en 10 minutes.
Voila, ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et retourner à vos occupations habituelles. Ciao, bonsoir.



2 commentaires:

  1. J'ai aussi été séduit par les idées croissance zéro, décroissance... en somme la stabilité, un monde qui se satisfait de l'acquis et qui veut son jardin d’éden. Mais l'action humaine n'est pas cela, c'est le changement perpétuel. Nous sommes de la naissance à la mort, un flux permanent de pensées (la conscience), d'externalisation de cela, et d'actions pour atteindre des objectifs, en général remédier à des insatisfactions, améliorer notre sort. Je suggère comme complément de lecture "in defense of economic growth" par Wilfred Beckerman. Et aussi de Ludwig von Mises "Human Action" dont le chapitre XII consacré au calcul économique et à l'utopie de la stabilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre,

      J’ai vu ton commentaire....et je pense utile d’expliciter ma position sur la croissance.

      Je n’ai aucune opinion particulière sur le sujet de la croissance économique !

      Tout ce à quoi je crois c’est qu’il faut réduire notre consommation de ressources naturelles, de sources énergétiques non renouvelables et notre impact sur l’environnement. Pourquoi réduire ? Car il faut permettre aux pays non encore développés de se développer. S’il existe un type de croissance compatible avec ces trois contraintes, alors je suis pour…mais je lis beaucoup d’articles qui prônent la croissance en omettant ces trois contraintes.

      Si – comme tu le dis – la croissance est nécessaire pour l’humanité – et que cette croissance ne peut se faire qu’avec accroissement des ressources, de l’énergie et d’atteinte à l’environnement alors l’humanité va plonger dans la guerre et le chaos…à cause de la faim, du froid, des terres inondées, du manque d’eau, des réfugiés climatiques, …bref de la lutte pour la survie de plusieurs milliards de personnes. A quelle échéance, je ne sais pas…mais certainement avant 2100….et sans doute avant 2050 …..

      C’est pour cette raison que je suis aussi contre l’exploitation des gaz de schiste – car cela n’encourage pas la diminution des ressources et le changement dans les comportements – sauf si il y avait une vraie politique que – par exemple – toute tonne de gaz extraite doit être compensée par deux tonnes de pétrole non importé….Dans ce cas réduction de ressources + économie de devises = gagnant/gagnant

      Si tu as des idées sur la question je suis preneur !

      Supprimer