mercredi 30 novembre 2011

Verre à moitié plein ou à moitié vide? Vive la crise!

Aujourd'hui, trois sujets "d'indignation ou d'incompréhension" et un cri du coeur!

Déni de réalité ...alors que toutes les prévisions des organismes indépendants indiquent une croissance fortement ralentie voire même une légère dépression en Europe, un ministre affirme que la croissance serait bien de 1% en 2012 malgré la crise!

Habillage...tous les économistes indépendants l'affirment: le seul moyen efficace, pour désamorcer la pression sur les taux d'intérêt et permettre aux états de se refinancer, est pour la BCE d'agir en prêteur ultime. Certains vont même jusqu'à penser qu'une simple déclaration de la BCE disant qu'elle était prête à agir en prêteur ultime sufirait; elle n'aurait même pas besoin de le faire rééllement. On sait que certains pays ne sont pas d'accord pour élargir ainsi le rôle de la BCE et j'ai donc lu ce matin qu'un des schémas envisagés actuellement est pour la BCE de prêter de l'argent au FMI qui pourrait alors le prêter à certains états Européens...Y-a-t'il une différence sur le fond? Même si c'est le FMI qui agit en direct, n'e serait ce pas sur le fond la BCE qui agirait en préteur ultime?

Inégalités...elles vont croissant et sont  allègrement rapportées par les divers média. Aujourd'hui encore dans le même reportage les 2 millions de grévistes en Grande Bretagne qui protestent contre l'austérité et l'information que les salaires des 100 patrons des plus grandes sociétés ont vu leur "salaire" augmenter de 4000% depuis les années 80. Ces inégalités deviennent insupportables, même pour moi qui sans doute à juste titre peut être considéré comme un privilégié (un petit privilégié mais un privilégié quant même)


"La vérité est dure mais c'est la vérité". Il ne sert à rien de se cacher la vérité ou de vouloir la maquiller, elle va nous rattraper tôt ou tard. La seule différence c'est qu'à force de perdre du temps à ne pas vouloir la voir, à trouver des astuces emberlificotées pour la maquiller ou à accepter des situations insupportables, du temps est perdu et les choses ne font qu'empirer.

Comme dit ci-dessus les dernières prévisions de l'OCDE annoncent une croissance très anémique pour la décennie à venir et peut être un scénario à la Japonaise où la croissance est en panne depuis 20 ans.

Pourquoi ne voir que le coté négatif?, s'en désoler et s'épuiser à retrouver la fameuse croissance sans lesquelles nos sociétés semblent ne plus pouvoir vivre et prospérer.

Pourquoi ne pas profiter de la situation dans laquelle la crise nous a projeté pour commencer notre transition vers une société conçue pour un environnement sans croissance? Puisque de toute façon, à terme il faudra bien accepter de vivre avec une croissance faible ou pas de croissance, pourquoi ne pas voir le coté positif et commencer à bâtir ce monde?

Cela pourrait permettre sans doute rendre plus harmonieuse la situation de crise actuelle. On arrêterait de perdre du temps à se battre contre les moulins à vent de la croissance et on exercerait notre  volonté et imagination pour identifier et mettre en place en place des solutions durables sans croissance.
Et, si par hasard dans quelques années la croissance revenait, car l'économie et les prévisions sont loin d'être une science exacte, cela serait alors comme un jackpot!

Arrêtons de nous plaindre de la crise et des ses conséquences! Saisissons l'opportunité que nous offre la crise et le ralentissement de la croissance pour commencer à bâtir un monde durablement harmonieux.

Ce sera tout pour aujourd'hui. vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et retourner à vos verres à demi vide ...ou à demi plein, c'est votre choix!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire