lundi 7 novembre 2011

Un monde "énergétiquement vertueux" pour plus d'harmonie?

Jean-Marc Jancovici sur Facebook figure déjà parmi mes "amis": cela me permet de découvrir fréquemment des articles sur les domaines énergétiques et le climat. Je viens seulement de découvrir son site Internet sur lequel, il écrit et entretient une base documentaire (Documentation) sur ces mêmes domaines de l'énergie et des gaz à effet de serre. Il le fait à titre individuel et personnel et cela mérite d'être précisé car par profession c'est un consultant et il pourrait y avoir mélange des genres, ce qui n'est pas le cas. J'ai passé plusieurs heures ce matin à lire une dizaine de ses écrits et j'y ai trouvé de nombreuses pistes de réflexion qui m'ont parues  très pertinente pour ma recherche vers plus d'harmonie et c'est ce que je vais aborder avec vous aujourd'hui.

D'abord la question de confiance: quelle crédibilité accorder à toute les données utilisées et opinions exprimées dans cette base documentaire? Ce qui est indiscutable, c'est que tous les problèmes sont abordés avec une démarche scientifique: les données utilisées sont des données originelles, et extraites de sources qui utilisent un processus de validation quand elles existent. Les opinions et surtout les extrapolations sur le futur -comme il l'écrit lui-même- n'engagent que lui. Mais autant que je puisse en juger sur ce que j'ai lu, elles me paraissent raisonnables au vu des données présentées et souvent, je pense que j'aurais tiré les mêmes conclusions. Il passe donc haut la main le critère de crédibilité que j'appelais de mes voeux dans un billet précédent (Des biais et des faits pour se forger une opinion).

Disons le tout de suite, certains pourront trouver que ses articles sont trop longs: il faut du temps pour les lire...mais au moins ils permettent d'avoir une base plus solide que les quelques 10 lignes de résumé qu'on pourrait en tirer. Ils doivent, en conséquence, nous aider à construire plus aisement nos opinions et bâtir plus fermement nos convictions.

L'article qui a le plus attiré mon attention ce matin n'est pas le plus récent -il date de 2000 et a été révisé en 2003- mais je pense qu'il donne une vision "réaliste" de ce que pourrait être un monde qui ne serait plus bâti sur le mythe de l'énergie illimitée et donc qui ne ne pourrait plus miser sur la croissance des biens matériels année après année, pour résoudre tous les problèmes de la société. Comme vous avez pu le lire dans un de mes billets précédents (De la dure vérité appliquée à la croissance et à l'harmonie), je pense que nous ne l'avons pas encore réalisé mais nous y sommes. Il faudrait commencer sérieusement à mettre en oeuvre la transition de notre société vers une société plus harmonieuse et je pense que l'article de Jean-Marc Jancovici, A quoi ressemblerait un monde "énergétiquement vertueux", contient beaucoup des éléments de ce monde plus harmonieux.

Je ne tenterai pas de résumer l'article qui décrit les impacts sur notre environnement, l'économie, nos modes de vie et nos habitudes d'un monde parcimonieux en énergie et à croissance quasi nulle. C'est effrayant et attirant à la fois
 - effrayant car c'est un monde tellement différent de ce que nous connaissons et des évolutions que nous continuons à voir à l'oeuvre dans notre société
 - attirant car, toute réflexion faite, et oubliant nos préjugés et a priori, il devrait être agréable -et pour tout dire harmonieux- de vivre dans ce monde

Je suis d'accord avec ce qui est écrit dans l'article: face à des ressources et énergies finies nos sociétés ne peuvent pas croître sans fin! Soit nous choisissons d'évoluer et nous avons le temps de maîtriser cette évolution, soit les évènements liés à la pénurie de ressources et d'énergie bon marché nous obligeront à changer dans l'urgence et la crise. Les avis divergent sur l'échéance à de cette évolution forcée si nous ne faisons rien ainsi que sur les conséquences sur le climat des activité humaines...mais c'est étonnant qu'on entende tant parler du principe de précaution dans beaucoup de domaine et pas dans celui ci.

Reste bien sûr la sempiternelle question de comment notre société pourrait décider de faire ce choix
 - alors qu'une part importante du monde ne mange pas à sa faim
 - alors que les incertitudes sur l'échéance favorisent une approche "après moi le déluge"
 - alors que la plupart des décideurs économiques et politiques ne sont pas "câblés" pour même imaginer cette évolution qui 'pour reprendre une expression "à la mode" demande un changement de paradigme.
 - etc.

On a de la peine à imaginer comment cela pourrait se faire! Mais, heureusement que Sénèque est là pour nous encourager à persister dans nos efforts pour promouvoir et tenter de réaliser ce à quoi nous croyons "Ce n'est pas parce que les choses sont difficile que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles"

Ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez retourner à vos activités consommatrices d'énergie...je vais pour ma part, entre deux averses, "cultiver mon jardin" dont une partie est représentée sur la photo qui illustre cet article. La photo a été prise en Novembre et il y avait toujours (de nouveau) quelques Iris en fleurs! (Effet du réchauffement climatique?)

Ciao, bonsoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire