samedi 18 juin 2011

Vers plus d'harmonie? Il y a des alternatives...

Deux mondes qui cohabitent (Vu en Chine) 
Dans ma quête pour "un monde plus harmonieux", je lis beaucoup d'articles sur l'économie et les impacts sociaux des politiques économiques. Parmi mes sources régulières, je suis abonné au blog ttp://pierreratcliffe.blogspot.com/ de mon camarade mineur Pierre Ratcliffe. Il fait une vraie veille documentaire sur beaucoup de sites et blogs et fait des synthèses ou donne les référence dans son blog des sujets qu'il juge les plus intéressants.

C'est grâce à son blog que j'ai découvert le magazine Alternatives Économiques, que j'achète maintenant tous les mois car je trouve tous les articles extrêmement intéressants, bien documentés et référencés et présentant une vision et des arguments qui me paraissent relativement objectifs.
De moi même, je n'aurais jamais songé à consulter ce magazine car, vu le titre, je pensais qu'il s'agissait d'un support à tendance alter mondialiste. Même si j'ai des sympathies pour quelques unes des propositions du mouvement alter mondialiste, je pense que d'une part, ils ont souvent une approché trop radicale et caricaturale pour convaincre et espérer "faire changer" le monde et d'autre part, que leur actions, comportements et quelques débordements ne peuvent que contribuer à renforcer la doctrine de l'ultra libéralisme que je n'apprécie guère non plus. 

Dans le magazine Alternatives Économiques, je trouve une approche équilibrée entre ces deux extrêmes. Laissons la parole à Pierre Ratcliffe: La revue mensuelle Alternatives économiques est souvent confondue avec la mouvance alter mondialiste, attac, les décroissants etc. En réalité le choix du mot "alternatives" provient du syndrome TINA "there is no alternative" de Margaret Thatcher au début des années 1980 - la revue a été créée par Denis Clerc en 1981...Je recommande vivement Alternatives économiques. Lire la suite sur le blog de Pierre....

Faites vous votre propre opinion en consultant leur site WEB Alternatives économiques

Dans le numéro de Juin 2011, il y a un dossier sur la Mondialisation qui essaye de faire le point sur les avantages et les inconvénients de la mondialisation. J'en ai surtout retenu un article qui fait référence aux travaux de Dan Rodrick. Ce dernier dès 1997, avait avancé la thèse que on ne pouvait pas avoir à la fois Hypermondialisation, États-Nations et démocratie.

Si on veut continuer à vivre en démocratie ils n'y aurait donc que deux voies possibles
  • L'hypermondialisation avec une gouvernance mondiale
  • ou La présence d'états nation avec une mondialisation modéré. 
Le premier scénario, la gouvernance mondiale parait excessivement difficile à mettre en oeuvre. Il n'y a qu'à regarder déjà la difficulté à mettre en place des politiques communes au niveau Européen. Reste donc la mondialisation maîtrisée: les échanges entre nations sont avantageux mais dans des limites bien maîtrisées. On peut penser, par exemple, à des taxes d'importation écologiques à l'égard des pays qui ne respectent pas un minimum de règles écologiques ou sociales, avec, éventuellement, la possibilité de reverser ces taxes à ces mêmes pays pour les aider à progresser dans ces domaines. (Une sorte de commerce équitable à grande échelle).

Comme souvent l'équilibre à trouver serait délicat car mondialisation maîtrisée ne veut pas dire "sortir de la mondialisation", programme que prônent plusieurs hommes et partis politiques candidats aux futurs présidentielles Française. Nous pourrions parler comme le fait Edgar Morin de "Mondialisation/ Démondialisation" Donc le fameux "Blanc/Noir" dont j'ai déjà eu l'occasion de parler dans ce blog (Cf. billet métamorphose et harmonie)  et qui n'est pas équivalent à du Gris.
Malheureusement c'est un concept et un message plus difficile à expliquer et promouvoir que les extrêmes: d'un coté, le repli national pur et simple et le retrait de la Mondialisation ou de l'autre, la poursuite de l'économie complètement ouverte et l'ultra libéralisme. Les chemins vers plus d'harmonie sont décidément ardus à trouver et difficile à explorer!.

Ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez arrêter de lire ce blog et reprendre vos activités habituelles. Ciao, bonsoir.

P.S.: j'ai tellement l'habitude de mettre des post scriptums dans mes billets que j'ai créé celui ci juste pour vous informer que je n'ai pas eu d'idée et qu'il n'y aura donc pas de post scriptum aujourd'hui. Est-ce ce que l'on nomme un paradoxe?
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

1 commentaire:

  1. Merci Pascal. Je recommande aussi vivement le site de "project syndicate", celui de Raphaël Didier et celui-ci d'un ami anglais prof à Oxford. Mais ne pas oublier aussi de s'abonner à Telos et de visiter le site de l'OFCE (sciencespo)
    Amitiés mineurs...

    RépondreSupprimer