lundi 31 janvier 2011

Comprendre la diversité des autres pour se forger son opinion

Depuis que j'ai démarré ce blog, j'essaye de "comprendre un peu plus le monde" et pour ce faire je consulte fréquemment les divers médias: journaux et magazines, Internet, télévision. Mais je trouve que la plupart de l'information est tendancieuse, biaisées, parcellaire ou même fausse! Heureusement avec Internet on peut avoir plus facilement accès aux données et états des lieux et confronter les diverses interprétations et opinions qui nous permettront d'avoir une vue plus impartiale et globale des divers aspect d'un sujet et de comprendre les enjeux. Et donc de nous forger notre propre opinion! 

Tenter de comprendre n'est pas chose aisée car le ce monde où nous vivons est et devient extrêmement compliqué et complexe
  • Compliqué car nous sommes de plus en plus interdépendants : nous ne pouvons plus faire comme autrefois, connaître "tout" et prendre des décisions au sein de petites collectivités. Tout ce que nous faisons a un impact sur les autres. Tout ce que les autres font aura un impact pour nous.
  • Complexe car sous l'effet des possibilités accrues d'information les facteurs psychologiques deviennent de plus en plus importants dans la sphère sociale et économique et il devient de plus en plus difficile d'anticiper l'effet et l'impact de quelque mesure que ce soit. 
La plupart des débats que je suis ou des forums que je parcours me laissent aussi sur ma faim: à la fin du débat ou de mes lectures j'ai bien compris le "quoi", c'est à dire les opinions de chacun, mais en revanche j'ai très rarement eu des détails sur le "pourquoi" et le "comment", c.a.d. l'origine et les raisons de ces opinions. Comment telle personne est arrivée à telle conclusion? Quels sont les éléments clés qui expliquent sa position et ses opinions? C'est seulement la connaissance du "pourquoi" et du "comment" qui permet de confronter les points de vue, de faire progresser les compréhensions mutuelles et éventuellement d'arriver à des accords.

Depuis très longtemps, j'ai noté qu'il est toujours profitable de chercher à comprendre quelles sont les bases qui ont permis à quelqu'un d'arriver à une opinion. Et ce surtout si les convictions et les opinions s'expriment avec force.
  • Et ceci non seulement pour les personnes qui pensent comme nous -cela ne peut renforcer nos arguments qui sous tendent notre opinion.
  • mais aussi et surtout confronter nos opinions avec ceux qui ne pensent pas comme nous. En effet sauf à être confronté à quelqu'un qui n'a d'opinion qu'à travers une idéologie ("contre le capital et la propriété privée par principe" par exemple), il serait étonnant que cette personnes n'ait pas des arguments ou des éclairages du sujet qui méritent notre attention. Un élément que nous n'avions pas vu. Une possibilité à laquelle nous n'avions pas pensé. Quoi qu'il en soit nos opinions en sortiront peut être modifiées mais en tout cas renforcées. 
D'aussi loin que je me rappelle j'ai été un "libéral" en matière économique -un peu par rejet de tout ce qui peut ressembler au collectivisme et communisme si répandu dans le monde de ma jeunesse- mais surtout parce je pense que seul un système libéral est capable de gérer la complication et complexité du monde et ainsi de maximiser la richesse pour l'ensemble de ceux qui y habitent. Je reviendrai sur le sujet sans doute un jour. 
La crise actuelle a cependant fini de me convaincre que je n'aimais pas le "libéralisme" tel qu'il était couramment pratiqué actuellement. Grâce à mes diverses lectures, j'ai appris que ce que je n'aimais pas était en fait les excès du "néo libéralisme" prôné à l'origine par Milton Friedman et l'école de Chicago. J'avais cependant lu et apprécié un des livres de Milton Friedman dans les années 80s ce qui montre qu'il peut y avoir un "grand écart entre la théorie et la pratique". Dans le livre tout apparaît "beau et bien"...et certains concepts me paraissent toujours très bien. Mais le livre n'avait pas imaginé ou cité certains aspects négatifs liés à la mise en pratique. Et avait certainement sous estimé la capacité d'inventivité d'une frange d'acteurs économiques pour tirer le maximum de bénéfices du système serait ce aux dépens de la collectivité.

Pour m'aider à me forger une opinion "revue et corrigée", je m'intéresse donc actuellement aux courants d'opinion "peu ou prou"  opposés à ce néo libéralisme, depuis les analyses raisonnées du "manifeste d'économistes atterrés" jusqu'aux professions de foi et utopies des partisans des "non à la croissance" ou des "pourfendeurs de la propriété individuelle". Il est sûr que je continuerai à mettre ma confiance dans un système économique libéral mais j'espère trouver dans les arguments et propositions de ceux qui y sont plutôt opposés quelques bonnes idées que je pourrai intégrer dans ma réflexion et l'élaboration de mon opinion. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant.

Ce sera tout pour aujourd'hui. Je vous remercie de votre attention. Ciao, bonsoir.

P.S.: Bien que cela n'ait pas de rapport direct avec le sujet du jour, je ne peux m'empêcher de penser à deux citations.
  • La première de Pierre Dac "Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on a raison de penser ce qu'on pense" (et certains rajoutent même "et de se taire") 
  • La seconde de Francis Blanche "La meilleure façon d'entendre ce que les autres ont à dire est de les écouter"
A la réflexion, je me demande si elles sont si éloignées du sujet du jour...  

1 commentaire:

  1. Je crois que chercher à savoir qui a tort ou qui a raison est vain et ne vous apportera que déception et désillusion. Vous citez Friedman comme votre référence dans les années 80, mais il était déjà fortement décrié dans ces années là. Donc vous aviez fait le choix de le croire. Il est plus confortable d'entendre ce que l'on a envie d'entendre. Et lui même reconnait aujourd'hui s'être trompé. Vous ne trouverez pas votre vérité chez les autres. Votre vérité est construite à partir de vos aspirations personnelles et non de modèles théoriques. Sinon vous resterez "hors sol". Tous les individus sont capables de comprendre ce qui est bon est utile. La théorie pour la théorie flatte l'intellect mais éloigne de l'humain et de sa réalité. Préférez l'expérience concrète, et l'échange réel. En respectant des principes : les forts prennent soin des faibles. 1000 individus lambdas réfléchissant ensemble ont beaucoup plus d'intelligence qu'un expert seul. L'expérience est la seule des sciences qui est en lien avec l'humanité. A tout moment vous pouvez choisir. Et si le choix n'est pas bon, vous pouvez à tout moment changer.

    RépondreSupprimer